lundi 24 avril 2017

Du véritable adversaire....

Mélenchon ne sait pas reconnaître un démocrate d'un néo-fasciste et n'a pas voulu donner hier soir de consigne pour le deuxième tour. L'histoire hoquette.

On se croirait revenu presqu'un siècle en arrière :
"Au sixième congrès de l'Internationale communiste à Moscou en septembre 1928,  Staline décide de donner priorité à la lutte contre la social-démocratie. Les communistes allemands doivent suivre. Selon l'historien du socialisme Jacques Droz, ils « considèrent les sociaux-démocrates comme leur principal ennemi, et vont même jusqu’à leur préférer les nazis, dont les excès, pensent-ils, provoqueront la guerre civile puis la dictature du prolétariat. (..) Dans ces conditions, il est évident que la collaboration entre les deux partis de gauche, qui aurait été indispensable pour résister à la terreur nazie, ne peut s’organiser. En novembre 1931, la , l’organe communiste, ose écrire : « le fascisme de Brüning n’est pas meilleur que celui de Hitler… C’est contre la social-démocratie que nous menons le combat principal".

Mélenchon semble avoir choisi son principal adversaire et se range dans le camp des rances,  tout comme les raclures de Sens Commun, ces cathos fachos... La mère Boutin appelle aussi à voter Le Pen.. Je rêve là....

1 commentaire:

  1. Espérons que ces "raclures" seront balayées le 7 mai! Il est vraiment trop con, Mélanchon.

    RépondreSupprimer